Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

Auguste du VERGIER de la ROCHEJAQUELEIN

Titres: Comte de la Rochejaquelein Soldat vendéen

  • Baptisé le 17 avril 1784 - La Jaudonnière, 85 Le Petit Miteau
  • Décédé le 21 novembre 1868 - Paris, 75 à l’âge de peut-être 84 ans
  • Officier de cavalerie, Général

 

Auguste_du_Vergier_de_La_Rochejaquelein[1]

Auguste du Vergier de La Rochejaquelein né le 17 avril 1784 à La Jaudonnière, mort le 21 novembre 1868 à Paris est un militaire Français et un général vendéen. Il est le frère de Henri et Louis du Vergier de La Rochejaquelein.

Biographie

Enfant lors de la Révolution française, Auguste de La Rochejaquelein émigre avec une partie de sa famille. Il sert un temps dans la Royal Navy.

En 1812 il s'enrôle dans l'armée impériale avec le grade de sous-lieutenant dans les carabiniers.

Il prend ensuite part au sein de la Grande Armée à la Campagne de Russie, et subit trois blessures à la bataille de la Moskova, dont une au visage qui lui vaudra le surnom de Balafré. En 1814, il est nommé lieutenant-colonel dans le régiment de grenadiers à cheval de la Garde impériale.

Cependant en 1815 lors des Cent-Jours, La Rochejaquelein rejoint les insurgés vendéens et participe à l'insurrection vendéenne de 1815.

Suite à la Restauration de la monarchie, La Rochejaquelein reçoit le grade de colonel en septembre 1815, puis celui de maréchal de camp en 1818.

Le 14 septembre 1819 il se marie à Claire Louise Augustine Félicité Maclovie de Durfort-Duras, veuve de Charles Léopold Henri de La Trémoïlle.

Il commanda une brigade pendant la guerre d'Espagne de 1823. Il participa en 1832 au complot de Marie-Caroline, duchesse de Berry.

Il s'exile suite à la Révolution de Juillet et passe en Espagne et au Portugal où il prend part à la première Guerre carliste au service de Michel Ier de Portugal et de Charles de Bourbon avec le grade de lieutenant général. Il n'était pas le seul: son neveu, Louis, périt devant Lisbonne.

Auguste de La Rochejaquelein rentre finalement en France et meurt en 1868, il fut inhumé avec ses deux frères, Henri et Louis dans l'église de Saint-Aubin de Baubigné dans les Deux-Sèvres.