Villedieu-la-Blouère

Villedieu-la-Blouère
Blason de Villedieu-la-Blouère
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Beaupréau
Intercommunalité C.C. du Centre-Mauges
Maire
Mandat
Jean-Paul Bompas
2008-2014
Code postal 49450
Code commune 49375
Démographie
Gentilé Théopolitain, Théopolitaine
Population
municipale
2 432 hab. (2010)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 52″ Nord 1° 03′ 46″ Ouest / 47.1477777778, -1.06277777778 / 47.1477777778; -1.06277777778  
Altitude Min. 47 m – Max. 109 m
Superficie 14,35 km2
 
Localisation

 

Liens
Site web Site de Villedieu-la-Blouère

Villedieu-la-Blouère est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

 

Sommaire

 
  • 1 Géographie
    • 1.1 Localisation
    • 1.2 Communes limitrophes
  • 2 Histoire
  • 3 Administration
    • 3.1 Administration municipale
    • 3.2 Intercommunalité
  • 4 Population et société
    • 4.1 Évolution démographique
    • 4.2 Pyramide des âges
    • 4.3 Vie locale
  • 5 Économie
  • 6 Lieux et monuments
  • 7 Personnalités liées à la commune
  • 8 Voir aussi
    • 8.1 Articles connexes
    • 8.2 Lien externe
  • 9 Notes et références
    • 9.1 Notes
    • 9.2 Références

 

Géographie

Localisation

Le village angevin de Villedieu-la-Blouère se situe dans la région des Mauges, à 20 km au nord-est de Clisson, à 39 km à l'Est de Nantes et à 10 km au sud-ouest de Beaupréau.

Communes limitrophes

Communes limitrophes : Gesté, Le Fief-Sauvin, La Chapelle-du-Genêt, Saint-Philbert-en-Mauges, La Renaudière.

Histoire

Administration

Administration municipale

Liste des maires successifs
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
mars 2001 en cours Jean-Paul Bompas    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Intercommunalité

La commune est membre de la communauté de communes du Centre-Mauges[1], elle même membre du syndicat mixte Pays des Mauges.

Population et société

Évolution démographique

En 2010, la commune comptait 2 432 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 17 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 25,9 %).

Vie locale

Économie

Sur 139 établissements présents sur la commune à fin 2010, 13 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 11 % du secteur de l'industrie, 20 % du secteur de la construction, 41 % de celui du commerce et des services et 15 % du secteur de l'administration et de la santé[6].

Lieux et monuments

  • L'ancienne église
    L'ancienne église a été démolie en 1872. Elle avait tous les caractères de l'architecture du XIIe siècle. Sur tous les murs se déroulait une immense fresque. C'est dans la partie supérieure et dans la portion qui appartient à l'époque la plus ancienne de l'église que se trouvent les plus remarquables peintures. Un épais badigeon enlevé à grand peine, a mutilé ou détruit les figures, sauf pourtant un groupe de cinq personnages qui semblent appartenir à une procession se dirigeant vers le chœur. Après les restes d'une première figure, suit un personnage nimbé, puis, une sorte de meuble reposant sur trois supports apparents et qui semble recouvert d'une tapisserie. Quatre personnages, dont les tètes n'existent plus, viennent ensuite. Le premier, aux vêtements amples, mais dont les plis sont sans souplesse. Le second, aux habits moins amples mais retombant aussi sous le poids de l'étoffe, a le bras tendu en avant à la hauteur de la figure.
    Le troisième marche à pas précipités : ses vêtements, agités par le vent ou par l'action, forment des plis ondulés, surtout à la partie supérieure retombant sur les jambes, que les premiers ont entièrement recouvertes. Comme le précédent, ce troisième personnage a le bras droit tendu en avant à la hauteur de la face. Il semble avoir suspendu aux épaules une sorte d'appendice, comme une aile repliée, si ce n'est l'ombre fortement accentuée d'un pli du vêtement. Le dernier personnage n'est vu que de dos, il porte aussi des vêtements assez longs. La suite se prolongeait vers le chœur, les traces en sont apparentes jusqu'au-dessus de l'ancienne chapelle Saint Michel, transformée en sacristie. Au-dessous de ces peintures vers la gauche, on en aperçoit d'autres, mais on ne distingue bien qu'un personnage nimbé, en mouvement, vêtements flottants, s'arrêtant au-dessus du genou. La scène qui est exposée ci-dessus est pleine de mouvement et de vie, l'exécution annonce une main exercée, cela n'a pas la supériorité de faire des peintures de Saint-Laurent-du-Mottay, mais cela l'emporte sur celles de la chapelle de La Jousselinière et de Notre Dame de Chemillé.
  • L'église actuelle
    L'église actuelle a été construite en 1860, de style ogival. L'ancien tabernacle a été replacé sur le maître-autel. Objets d'art provenant de l'ancienne église : croix processionnelle classée par arrêté en date du 29 octobre 1906. Elle est en argent, sur âme en bois, mesure environ 0 mètre 45 et date de 1677. Œuvre de Pierre Bouffard, orfèvre à Angers. Elle porte d'un côté le Christ nimbé, de l'autre une Vierge coiffée d'une sorte de mitre, et l'Enfant Jésus. Le nœud est orné de rinceaux niellés et le bâton de fleurs de lis en relief. Les autres objets (statues boite aux saintes huiles, calice, bannières) sont toujours conservés. Le calice et la boite aux saintes huiles ont figuré en 1960 à l'exposition "Trésors des églises de l'Anjou".
  • Le prieuré
    Le prieuré de la Blouère dépendant de l'abbaye Saint-Jouin de Marnes, fut réuni dès le début du XVIIIe siècle au prieuré de Gesté et n'a pas laissé de traces dans les archives. Toutefois on trouve la mention de la vente d'une partie des biens au profit du trésor royal en 1569-1579.
  • Chapelle Saint-Joseph
    La chapelle Saint-Joseph a été construite sur un chêne, dont le tronc est visible à l'intérieur.
  • Deux croix sont protégées au titre des monuments historiques :

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles connexes

  • Les Mauges
  • Liste des communes de Maine-et-Loire

Lien externe

Notes et références

Notes

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002 [archive], dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références

  1. Insee, Composition de l'EPCI du Centre Mauges (244900692) [archive], consulté le 26 octobre 2013
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui [archive] sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006 [archive], 2007 [archive], 2008 [archive], 2009 [archive], 2010 [archive]
  4. 16 juin 2012.
  5. 16 juin 2012.
  6. Insee, Statistiques locales du territoire de Villedieu-la-Blouère (49) [archive], consultées le 16 juin 2013

Dernière modification de cette page le 12 novembre 2013 à 09:56.