Maison de Durfort

Maison de Durfort

150px-Blason_Maison_Durfort_de_Duras


Armes de la famille :
Blasonnement D'argent à la bande d'azur
Période xie siècle- xxie siècle
Famille subsistante

La maison de Durfort est une famille aristocratique de Guyenne, tirant son nom de Durfort-Lacapelette près de Lauzerte (Tarn-et-Garonne).

 

Sommaire

  
  • 1 Branches
    • 1.1 Branche de Clermont-Dessous
    • 1.2 Branche de Malause
    • 1.3 Branche de Boissières
    • 1.4 Branche de Duras
    • 1.5 1re Branche de Lorges
    • 1.6 Branche de Civrac
      • 1.6.1 2e Branche de Lorges
    • 1.7 Autres branches
  • 2 Branches non rattachées
    • 2.1 Branche de Soursac
    • 2.2 Branche de Deyme
  • 3 Armoiries
  • 4 Notes et références
  • 5 Annexes
    • 5.1 Articles connexes
    • 5.2 Liens externes
    • 5.3 Bibliographie

 

Branches

Les principales branches sont celles de Duras et de Lorges.

Branche de Clermont-Dessous

Cette branche, dont sont issues toutes les autres, commence avec :

  • Raymond de Durfort, seigneur de Clermont-Soubeyran (47), fils de Bernard de Durfort, seigneur de Belvèze, marié vers 1030 avec la fille de Guilhem Arnal de Gabarret.

Branche de Malause

Branche de Boissières

Cette branche, qui continue celle des seigneurs de Clermont-Soubeyran, commence avec :

  • Raymond-Bernard II de Durfort, seigneur de Boissières, fils de Raymond-Bernard de Durfort, seigneur de Clermont-Dessus, et de Delphine de Bérail, dame de Boissières (46). Il épouse en 1356 Sibylle d'Astarac.

Branche de Duras

Article connexe : Famille de Duras.

Cette branche commence avec :

  • Gaillard le proscrit (1) de Durfort (1377-1481), qui rend hommage pour Duras en 1452 au roi Charles VII, puis prend le parti d'Henri VI d'Angleterre qui le fait gouverneur de Calais. Il s'établit en Angleterre où il épouse Anne de La Pole, fille de Guillaume, duc de Suffolk
  • Guy Aldonce Ier de Durfort (1605-1665), comte de Lorge, marquis de Duras, fils de Jacques de Durfort (1547-1626), marquis de Duras, et de Marguerite de Montgomery, dame de Lorge
  • Jacques-Henri Ier de Durfort, 1er duc de Duras, (1625-1704), maréchal de France
  • Jacques-Henri II de Durfort, 2e duc de Duras, (1670-1697), mestre de camp de cavalerie, duc de Duras par démission de son père en 1689, fils de Jacques Henri
  • Jean-Baptiste de Durfort, 3e duc de Duras, (1684-1770), maréchal de France, fils de Jacques Henri
  • Emmanuel Félicité de Durfort, 4e duc de Duras, (1715-1789), maréchal de France et académicien, fils de Jean-Baptiste.
  • Emmanuel-Céleste Augustin de Durfort, 5e duc de Duras, (1741-1800), maréchal de camp, fils d'Emmanuel Félicité
  • Amédée-Bretagne-Malo de Durfort, 6e duc de Duras, (1771-1838), pair de France, fils d'Emmanuel Céleste
  • Claire de Kersaint, duchesse de Duras (1777-1828), écrivain et amie intime de Chateaubriand, belle-petite-fille d'Emmanuel Félicité, épouse d'Amédée Bretagne Malo

1re Branche de Lorges

Cette branche commence avec :

  • Guy Aldonce II de Durfort, duc de Quintin, (1630-1702), maréchal de France en 1676, frère du premier duc de Duras
  • Guy Nicolas de Durfort, 1er duc de Lorges, (1683-1758), fils du précédent
  • Guy Michel de Durfort, duc de Randan, (1704-1773), maréchal de France, fils du précédent
  • Guy Aldonce Louis de Durfort, 2e duc de Lorges, (1714-1775), lieutenant général des armées du roi

Le titre de duc de Lorges s'éteint avec ce dernier en 1773. Il fut recréé en 1774 pour la branche de Durfort de Civrac. Il est encore porté aujourd'hui.

Cette branche s'est alliée aux :

Maisons de Frémont d'Auneuil, de Saint-Simon, de Caumont-Lauzun, Chamillart de La Suze, de Mesmes, Butault de Marsan, de Choiseul, de Poitiers de Rye, de La Trémoille, etc…2

Branche de Civrac

Cette famille commence avec Jean de Durfort (1488-1535), baron de Civrac, fils de Jean de Durfort, seigneur de Duras, maire de Bordeaux, et de Jeanne Angevin. Il épouse en 1524 Louise de Castelbajac.

On trouve depuis :

  • Jacques Aimeric Joseph de Durfort (1716-1787), duc de Civrac (1774), « seigneur de Durfort, marquis de Durfort et de Génissac », ambassadeur de France à Venise, à Naples puis à Vienne, chevalier d'honneur de Madame Victoire,chevalier des ordres du Roi.
  • Olivier de Durfort de Civrac, évêque de Poitiers (1918)

2e Branche de Lorges

  • Jean-Laurent de Durfort-Civrac (° 7 juillet 1746 - Lamothe-Montravel † 4 octobre 1826 - Rambouillet), duc de Lorges(1776-1826), menin du dauphin, lieutenant général (1814), pair de France (4 juin 1814),
  • Guy Émeric Anne de Durfort-Civrac (° 25 juin 1767 - Paris † 6 octobre 1837 - Fontpertuis), fils aîné du précédent, duc de Civrac (« à vie » par brevet du 3 février 1815), duc de Lorges (1826-1867),
  • Alexandre Émeric de Durfort-Civrac (ou Alexandre Emmanuel) (1770-1835), marquis de Civrac, frère cadet du précédent, colonel, député de Maine-et-Loire puis Pair de France
  • Henri Louis Marie de Durfort-Civrac (1812-1884), homme politique français du xixe siècle.
  • Armand de Durfort-Civrac de Lorge (né le 24 Avril 1902 à Paris, mort le 18 Juin 1996), maire de Saint-Hilaire-de-Chaléons de 1935 à 1945.

Cette branche s'est alliée aux :

Maisons de Castelbajac, de Castelnau-en-Chalosse, d'Aydie, de Lannes, de La Rochefoucauld-Montendre, de Pons-Bourg-Charente, de l'Isle, de Courtenay, de Calvimont, Jaubert de Barrault, Acarie du Bourdet, Fouquet de Belle-Isle, de Génissac, de Mélac, de Carles, de Grammont, en Franche-Comté, de La Faurie, de Lescure, etc…2

Autres branches

  • Louis de Durfort de Duras, deuxième comte de Feversham, (1641-1709), Favori de Charles II d'Angleterre, frère des premiers ducs de Duras et de Lorges.
  • Marie de Durfort, (1648-1689), dame d'atours de la duchesse d'Orléans, leur sœur.
  • Raymond de Durfort-Léobard (1725-1792), archevêque de Besançon

Branches non rattachées

Branche de Soursac

Famille originaire du château de Durfort, à Soursac connue depuis:

  • Antoine de Durfort, seigneur de Soursac, juge de la châtellenie de Turenne, marié avec Béraude de Malrieu.

Branche de Deyme

  • Nicolas IIe de Durfort, comte de Deyme épousa Marie-Agnès de Cursay de Bourdeville, dont il eut :
    • Joseph de Durfort, Abbé de Saint Martin, en Roussillon ;
    • Louis-Philippe de Durfort (12 janvier 17331 – Turin, 18001), est un militaire français du xviiie siècle, marié, le 6 décembre 1750, avec Marie Françoise le Texier de Menetou ( † 28 décembre 1768). De ce mariage sont issus :
      • Félicité Jean Louis de Durfort (1752-1801), ambassadeur, marié, le 5 octobre 1772, Armande-Jeanne-Claude de Béthune (29 juin 1753 - avant 1794), « Mademoiselle de Béthune-Chabris », fille d'Armand-Louis, Ier du nom, marquis de Béthune, colonel-général de la cavalerie, chevalier des ordres du Roi, et de Marie-Edmée de Boulogne, sa première femme. De ce mariage sont issus :
        • Armand-Céleste, comte de Durfort (1774-1856), maréchal de camp, sans union, ni postérité ;
        • Amélie Louise Thérèse, mariée, en 1811, avec Anne-Henri Cabot, vicomte de Dampmartin ( † fin 1825),maréchal-de-camp, chevalier de Saint-Louis et officier de la Légion d'honneur ;
        • Félicité Louise Julie Constance (10 juin 1782 - Paris, 7 février 1870), mariée, en juin 1805, avec Pierre Riel, comte, puis marquis de Beurnonville (1752-1821), pair et maréchal de France, chevalier des ordres du Roi ; puis, en 1823, avec Joseph Marie, baron Frémiot (1791-1872), capitaine d'infanterie, dont postérité ;
      • Étienne Narcisse de Durfort (1753-1837), lieutenant général, pair de France, marié, le 3 mai 17783, Henriette Étiennette Claude Denise (1761 - Paris, 11 juillet 1823), fille de Denis Philibert Thiroux de Montsauge (1715-1786),fermier général, administrateur des Postes, et de Antoinette Bouret (1746-1813). De ce mariage est issue :
        • Antoinette Louise de Durfort (née en 1779), mariée
          (1°) ∞ (12 janvier 1804) André-Hector de Galard de Brassac de Béarn (1778-1806), comte de Galard de Béarne
          (2°) ∞ (10 juin 1816 Jacques Auguste Anne Léon Le Clerc, vicomte de Juigné (1774-1850), dont :
          • (1°) Étienne Alexandre Hector de Galard de Brassac de Béarn (24 décembre 1805 - 10 décembre 1881), officier de hussards, appelé, par ordonnance royale du 21 décembre 1825, a succéder à la pairie du comte de Durfort, son aïeul maternel3, marié le 25 avril 1832 avec Camille Louise Denise Le Sage d'Hauteroche d'Hulst (1815-1894), dont postérité ;
          • (2°) Charles Étienne Gustave Le Clerc de Juigné (Paris, 15 juin 1825 - Paris, 13 octobre 1900), comte Gustave de Juigné, propriétaire et homme politique.
    • Nicolas-Louis, baron de Durfort, chevalier de Saint-Louis, nommé baron de Durfort capitaine des vaisseaux du roi au département deToulon et commandeur de l'ordre de Saint-Lazare les 14 et 16 juillet 1779 ;
    • Marguerite-Thérèse-Narcisse de Durfort, mariée, le 30 avril 1743, avec François-Gaspard, comte de Poly, seigneur de Saint-Thibaud, lieutenant-général des armées du roi. Elle a émigré en 1791 ;
    • Marguerite-Marie-Agnès de Durfort, religieuse à Saint-Cyr.

Armoiries

ImageBlasonnement
Blason Maison Durfort de Duras.svg Armes antiques de la famille

D'argent à la bande d'azur (4).

Blason à dessiner.svg Gailhard II de Durfort
  • Le sceau de « magnifique et puissant homme Gaillard de Durfort », seigneur de Duras et de Blanquefort, apposé à un acte du 8 février 1353, représente un écu :

Parti, au I une bande, au II un lion (5).

Blason à dessiner.svg Jean de Durfort (vers 1450 - 1520)
  • Un autre sceau de Jean de Durfort, seigneur de Duras, maire de Bordeaux, et gouverneur deCrémone, en Lombardie, appendu a une quittance de 2 000 livres pour une année de sa pension, qu'il donna le 15 décembre 1514 à Jeun Brachet, receveur général des finances, représente l'écu :

Coupé, en chef un lion, et en pointe une bande5. C'est donc postérieurement à l'année 1514 que la branche de Duras porte les mêmes armoiries en écartelures (5).

Blason Maison Durfort de Duras (écartelé).svg Famille de Duras

Écartelé, aux 1 et 4 d'argent, à la bande d'azur ; aux 2 et 3 de gueules, au lion d'argent ; au lambel de gueules brochant sur les deux premiers cantons (6,4,7).

  • Supports : deux anges (4).

Cette branche ne porte le lambel que depuis 1775, époque à laquelle elle est devenue seconde branche de Lorges. Avant cette époque, elle portait, comme la branche de Duras, sans brisure (6).

Blason Maison Durfort de Lorges.svg Branche de Lorges

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (Durfort); aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne), au lambel de gueules en chef, brochant sur les deux premiers quartiers (4,8).

  Branche de Civrac

Écartelé, aux 1 et 4 d'argent, à la bande d'azur ; aux 2 et 3 de gueules, au lion d'argent ; au lambel de gueules brochant sur les deux premiers cantons (6,4,7).

Cette branche ne porte le lambel que depuis 1775, époque à laquelle elle est devenue seconde branche de Lorges. Avant cette époque, elle portait, comme la branche de Duras, sans brisure (6).

Ecu-Durfort-Léobard.svg Branche de Léobard

Notes et références

  1. ↑ a, b et c Roglo 2012.
  2. ↑ a et b Courcelles 1827, p. 303.
  3. ↑ a et b Courcelles 1827, p. 298.
  4. ↑ a, b, c, d et e Rietstap 1884.
  5. ↑ a, b et c Courcelles 1827, p. 295.
  6. ↑ a, b, c et d Courcelles 1827, p. 297.
  7. ↑ a et b Velde 2005, p. Lay peers.
  8.  Popoff 1996, p. 89.

Annexes

Articles connexes

  • Château de Duras
  • Honneurs de la Cour
  • Liste des seigneurs de Quintin
  • Familles subsistantes de la noblesse française
  • Liste des seigneurs, marquis et ducs de Duras ;
  • Liste des seigneurs, comtes et ducs de Rauzan ;
  • Liste des seigneurs, barons et ducs de Quintin ;
  • Liste des seigneurs, comtes et ducs de Lorges ;

Liens externes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Durfort », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de Francevol. VIII,‎ 1827 [détail de l’édition]p. 292-308 Histoire généalogique et héraldique des pairs de France,‎ 1827, 378 p. (lire en ligne)p. 292-308 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article ;
  • Jean-Baptiste RietstapArmorial généralt. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887 « et ses Compléments », sur www.euraldic.com (consulté le 23 décembre 2011) ;
Pour approfondir 
  • H. de FourmontL'Ouest aux croisades, V. Forest & E. Grimaud, Aug. Aubry,‎ 1867, 447 p. (lire en ligne)p. 110-117 ;
  • Jean FavrePrécis historique sur la famille de Durfort-Duras : dédié à Madame la comtesse de La Rochejaquelein, née de Durfort Duras,‎ 1858, 224 p. (lire en ligne) ;
  • Jean-Baptiste RietstapArmorial généralt. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887 « et ses Compléments », sur www.euraldic.com (consulté le 23 décembre 2011) ;
  • Michel Popoff (préf. Hervé Pinoteau), Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X) ;