Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Claude-René Guezno de Penanster

 

Claude-René Guezno de Penanster
Surnom La Brousse
Naissance 15 mars 1773
Berrien
Décès 9 février 1840
Ploubezre
Origine Français, Breton
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Flag of Royalist France.svg Chouan
Arme Armée catholique et royale des Côtes-du-Nord
Grade Colonel
Conflits Chouannerie

Claude-Marie-René Guezno (ou Claude Guesno) de Penanster, dit La Brousse, ou Vochel et Coco, (15 mars 1775 à Berrien en France - 9 février 1840 à Ploubezre en France) est un chef chouan ami de Cadoudal.

 

Sommaire

  
  • 1 Biographie
  • 2 Notes
  • 3 Voir aussi
    • 3.1 Articles connexes

 

Biographie

Né à La Couldraye en Berrien (Huelgoat) le 15 mars 1775, de Claude Louis Guezno, Maître des Eaux et Forêts et de Marie-Charlotte de Goultray. Claude-René entre dans la marine à quinze ans, et passe trois ans à Saint-Domingue et à l'Ile Bourbon.

Suite au mariage de sa sœur Louise Marthe, avec Joseph Laurent Even 1 à Rostrenen, il quitte les armées de la république, rejoignant à vingt ans les rangs des chouans dans le premier bataillon des Côtes-du-Nord. Il prit alors le nom de "capitaine de la Brousse", et mena ses opérations dans tout le pays situé entre Gourin et Le Faouët, à la lisière des trois nouveaux départements bretons.

Chef de la Chouannerie dans le nord du Morbihan, et proche de Georges Cadoudal 2, il refusa le traité de La Mabilais en 1795. Pendant l'expédition de Quiberon il tint en échec les garnisons de Carhaix et de Rostrenen. Le 16 juin 1795, juste avant ce débarquement de Quiberon, il avait monté une vaste opération avec Lantivy, Leissègnes, Jean Jan, prenant la poudrière de Pont-de-Buis. Il s'empara ensuite de Carhaix.

Son cousin 3, préfet de Côtes-du-Nord et ancien député de la Convention, lui écrivit un jour : "Mon cousin si je vous prends je vous ferai raccourci ! " Ce à quoi Claude Guesno de Penanster lui répondit : "Mon cousin, si je vous prends, je vous ferai allonger"...

En juin 1798, il fut nommé Major de la septième légion aux ordres du général de Bar. Capturé et envoyé à la prison de Saint-Brieuc, il en fut délivré grâce à Du Bar, Mercier et de Saint-Régent qui prirent Saint-Brieuc dans la nuit du 25 au 26 octobre 1799 (parmi les trois cent prisonniers royalistes libérés, Yves Hamon devait être décapité le matin à sept heures, mais délivré à temps !).

Le 23 janvier 1800 Claude-René de Penanster se battit à Grand-Champ près de Vannes, contre le général Harty.

Émigré en Angleterre avec Cadoudal vers 1802, il y fut décoré de l'ordre de Saint-Louis et reçut le brevet de colonel des mains de Louis XVIII. II fut ensuite aide de camp de monsieur de Puisaye.

Rentré en France en 1814, dix ans après la mort de son vieil ami Cadoudal, il souleva le Morbihan pendant l’insurrection des Cent-Jours. Il se distingua à Sarzeau, Muzllac et Auray.

Nommé commandant de la garde nationale de Vannes à la seconde Restauration, puis à la retraite, déçu par l'attitude des Bourbons, il meurt à Ploubezre le 9 février 1840. Il est inhumé en la chapelle familiale de Runfao (château de Kergrist).

Notes

  1.  Notaire de Callac qui en devint maire par la suite, après avoir également chouanné cf. http://www.genealogie22.org/Callac-de-Bretagne/even.html [archive]
  2.  sources : Une conspiration en l'an XI et en l'an XII, par Charles Marie Huon De Penanster, et archives familiales
  3.  Peut-être Mathieu Guezno ? A vérifier.

Voir aussi

Articles connexes

  • Armée catholique et royale des Côtes-du-Nord
  • Armée catholique et royale du Morbihan