Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Marie-Maurille de Sombreuil

 

Mademoiselle_Sombreuil_et_un_verre_de_sang_GHRF


Jeanne-Jacques-Marie-Anne-Françoise de Virot Sombreuil, comtesse de Villelume, dite « Marie-Maurille comtesse de Villelume », née au château de Leychoisier (où L'Eychoisier) à Bonnac-la-Côte, (Haute-Vienne) le 14 février 1768 et morte à Avignon le 15 mai 1823 est une aristocrate française du xviiie siècle. Elle sera immortalisée par la légende sous le nom de « l'héroïne au verre de sang ».

 

Sommaire


  • 1Biographie
    • 1.1Origines
    • 1.2L’héroïne au verre de sang
  • 2Notes et références
  • 3Voir aussi
    • 3.1Article connexe

 

Biographie

Origines

La comtesse de Villelume est la fille ainée de Charles François de Virot, marquis de Sombreuil, maréchal de camps puis gouverneur des Invalides ; et de Marie-Madeleine des Flottes de l'Eychoisier.

L’héroïne au verre de sang

En septembre 1792 (au moment des massacres de Septembre), lors du procès houleux de 300 détenus soupçonnés d’activisme anti-révolutionnaire (accusation d'avoir prêté main forte aux gardes suisses des Tuileries) dont son père, elle le sauve provisoirement en s'entreposant courageusement entre lui et la foule pour selon les uns implorer sa grâce, selon les autres en s'écriant « Vous n'arriverez à mon père qu'après m'avoir tuée 1».

Son courage et sa beauté obtinrent cette grâce, au prix, raconta la rumeur, d’un terrible marché fixé par Stanislas Marie Maillard, dit « Tape-Dur » : son père serait épargné si elle buvait un verre de sang bleu frais. Tape-Dur plongea un verre dans un baquet, qui recueillait le sang des victimes décapitées (rempli du sang qui s'échappait de la tête de monsieur de Saint-Marsault selon le comte de Villelume 1), le tend à la Comtesse qui sans hésiter le boit d’un trait en criant « vive la nation », sauvant ainsi, provisoirement, son père.

Ce récit héroïque a inspiré les poètes et les romanciers (Victor Hugo, Jacques Delille, Gabriel-Marie Legouvé), mais également les historiens comme Edgar Quinet qui s'en fait l'écho dans La Révolution (tome I, p. 384). Un rosier-thé grimpant porte son nom.

MARIE-MAURILLE DE SOMBREUIL
L’héroïne au verre de sang
2 au 6 septembre 1792
On massacre partout, des Carmes à Montrouge.
Aux portes des prisons grouillent, le verbe haut,
Des égorgeurs en rage, aux forts relents de bouge…
Tu veux sauver ton père ? Alors, fais ce qu’il faut !

Tu vois ce verre ? Il est rempli d’un beau sang rouge,
Tout juste recueilli là-bas, sous l’échafaud
Bien laqué, chatoyant, et presque encore chaud
Regarde, ne dirait-on pas qu’une âme y bouge ?

Eh bien ! fier rejeton du ci-devant Sombreuil,
Si tu veux épargner au marquis le cercueil,
Nous te mettons, ce verre, au défi de le boire ! »

Maurille, alors, fixant le breuvage vivant,
Le cœur entre les dents, s’exécute, inscrivant
Le plus beau trait d’amour filial de l’histoire.
Bernard Lallement

Toutefois il existe une autre version moins rocambolesque contée par Jacques Hillairet dans le Dictionnaire historique des rues de Paris 2 :

Le marquis de Sombreuil, fut arrêté le 16 août 1792 et enfermé à la Prison de l'Abbaye. Sa fille, Marie-Maurille, âgée de 25 ans, avait obtenu le surlendemain l'autorisation de le rejoindre.
La vue de la jeune fille en larmes qui enveloppait son père de ses bras en demandant sa vie avec des accents fort suppliants émut les massacreurs ; après une courte enquête, Stanislas Marie Maillard, président d'un tribunal improvisé de la prison de l'Abbaye, déclara Monsieur de Sombreuil innocent.

Altérée, Marie Maurille de Sombreuil demanda un verre d'eau ; celui-ci lui arriva tout rougi d'être passé entre plusieurs mains sanglantes, d'où l'origine de la légende représentant Marie Maurille obligée de boire un verre de sang humain pour obtenir la grâce de son père.

Cette seconde version ne fait pas état de décapitation comme dans la première version. Il n'y a d'ailleurs jamais eu de guillotine à la prison de l'Abbaye.

Délivrée après le 9 Thermidor, elle épouse à Paris, église Saint-Roch le 23 juillet 1796 un émigré, le comte de Villelume, né au château de Morcheval (Chamborêt, Haute-Vienne) le 10 avril 1757 et mort au château de Brazeux à Vert-le-Grand (Essonne) le 11 février 1837. Capitaine, il émigre dans l'armée de Condé en 1791, colonel le 26 octobre 1814, nommé sous la Restauration commandant des Invalides d'Avignon le 27 décembre 1815. Maréchal de camp le 23 janvier 1822.

Elle meurt à Avignon le 15 mai 1823. Son cœur fut placé dans la chapelle des Célestins, et son corps inhumé au cimetière Saint Roch, d’où il fut transféré au cimetière Saint-Véran. Elle y repose sous l’épitaphe que lui consacrèrent les militaires invalides de la succursale : Le 6 novembre 1850, les invalides quittèrent la succursale d’Avignon à bord des navires l’Althenet le Mogador, c’est à l’aumônier qu’a été confié le cœur de la comtesse de Villelume-Sombreuil. Les bateaux levèrent l’ancre le samedi 8 novembre et en utilisant le Rhône les canaux et la Seine arrivèrent à Paris le 25 novembre 1850. L’urne funéraire contenant son cœur a été déposée dans le caveau des gouverneurs de l’hôtel des invalides de Paris, où elle est la seule femme et excuse par sa présence l’absence de son père resté dans le charnier des martyrs de Picpus.

Notes et références

  1. ↑ a et b Dans la lettre du comte de Villelume, le fils de Jeanne, publiée par Le Grand Journal et citée par Jules Claretie dans son ouvrageRuines et fantômes(ISBN 1434630447), p. 52
  2.  Jacques HillairetDictionnaire historique des rues de Paris, Paris, éditions de Minuit

Voir aussi

Article connexe

  • Familles subsistantes de la noblesse française (Famille de Villelume de Sombreuil)