Clic pour voir sa notice sur son nom couleur orange

 

Gilles Conen de Saint-Luc

 

Gilles Conen de Saint-Luc

Le_président_Gilles_Conen_de_Saint-Luc

Le président Gilles-René Conen de Saint-Luc, président à mortier du Parlement de Bretagne

Biographie
Naissance
18 septembre 1721
Décès 19 juillet 1794 (à 72 ans)
Activité
Juriste
Frère
Toussaint-François-Joseph Conen de Saint-Luc

Gilles Conen de Saint-Luc ou Gilles René Conen de Saint-Luc est né le 18 septembre 1721 à Rennes, paroisse Saint-Georges et décédé guillotiné le 19 juillet 1794 à Paris, Place de la nation. Il fut conseiller, puis président à mortier du Parlement de Bretagne.

Biographie

Gilles Conen de Saint-Luc est un membre de la famille Conen de Saint-Luc dont plusieurs représentants ont laissé un trace dans l'histoire. Il est le frère de Toussaint Conen de Saint-Luc, qui fut le dernier évêque de Cornouaille, le père d'Athanase Conen de Saint-Luc, plusieurs fois député et préfet entre 1811 et 1830 et le grand-père de Gaston Conen de Saint-Luc, qui fut aussi député (entre 1885 et 1889).

Article détaillé : Conen de Saint-Luc.

Il fit ses études au collège des Jésuites de Rennes et devint avocat. Le 21 août 1744, il est admis, avec dispense d'âge) conseiller au Parlement de Bretagne (Parlement Tournelle), puis président à mortier du dit Parlement (Parlement Maupeou) entre 1771 et 17741. Il s'opposa aux mesures contre les Jésuites et montra une fidélité constante au roi Louis XV, même au plus fort de la fronde menée par les États de Bretagne, refusant de démissionner comme le font alors la plupart de ses collègues. Des pamphlets sont alors rédigés contre lui et il s'en plaint au Roi. Des placards injurieux sont affichés à sa porte 2. Par exemple celui-ci, intitulé "Rondeau" :

Parmi les ifs, dans un gros caractère
Fade Conen 4, je vois ton nom tracé ;
Auprès de toy, serait très bien ton frère 5
Sombre docteur, qu'aux autres on préfère,
Pour tous les cas où Beuve 6 n'a parlé ;
Certes alors serait récompensé
L'abbé Conen, d'être si bien placé
(...) L'abbé Conen, dignement encensé
Parmi les ifs.

Un autre, intitulé Pour M. Conen de Saint-Luc 7 est d'une franche vulgarité et même diffamatoire, mais mérite quand même d'être cité car il montre la vigueur des attaques :

Tête dévouée aux Jésuites
Comme eux digne d'être proscrite 8
On ne peut douter aujourd'hui
Conen, que ta défunte mère
N'ayt cocufié son mary
Avec quelque révérend père

Lorsque Louis XVI rétablit le Parlement de Bretagne en 1774, Gilles Conen de Saint-Luc se démet de sa charge, obtient une modeste pension de 2000 livres et se retire en son château du Bot en Quimerch.

Ce château était un bien de famille de son épouse, Françoise Marie du Bot, née le 17 juillet 1743 au château du Bot en Quimerch (Finistère), et dont il eut sept enfants dont un mort en bas âge.

Pendant la Révolution française, il cache des prêtres réfractaires et s'oppose à l'évêque constitutionnel de Quimper, Mgr Expilly. Le 10 octobre 1793, il est arrêté, ainsi que son épouse Françoise Marie du Bot et leur fille Victoire Conen de Saint-Luc, religieuse à Quimper 9 ; conduits à la prison de Carhaix, ils sont ensuite transférés à la prison de la Conciergerie à Paris, traduits devant le Tribunal révolutionnaire et condamnés à mort « comme ennemis du peuple, ayant secondé la révolte des brigands de Vendée et le fanatisme ». Ils sont tous les trois guillotinés le 19 juillet 1794 (1er thermidor an IV) 10.

Bibliographie

  • Hervé Gourmelon, Le destin tragique de cinq habitants de la Bretagne en 1794 sous la Terreur : Victoire Conen de Saint-Luc et ses parents, Anne Pichot de Querdisien, Pétronille Bochhen, éditions Christian, 2007.

Notes et références

  1.  http://www.infobretagne.com/parlement-maupeou-ligueur.htm [archive]
  2.  A. Le Moy, "Le Parlement de Bretagne et le pouvoir royal"
  3.  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1138751/f1268.image.r=Conen.langFR [archive]
  4.  Il s'agit bien de Gilles de Conen de Saint-Luc
  5.  Il s'agit de l'abbé Toussaint-François-Joseph Conen de Saint-Luc, qui est alors promu évêque de Cornouaille
  6.  Il s'agit de Jacques de Sainte-Beuvecasuiste célèbre à l'époque
  7.  Correspondance du chevalier de Fontette, Mémoire de la Société des Antiquaires de l'Ouest", 1836, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1138751/f1275.image.r=Conen [archive]
  8.  Les Jésuites ont été proscrits du royaume de France en 1764
  9.  De Silguy, Victoire de Saint-Luc, 1905
  10.  http://les.guillotines.free.fr/conen%20de%20saint%20luc%20gilles%20rene.htm [archive]