Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Victoire Conen de Saint-Luc

 

220px-Victoire_Conen_de_Saint-Luc_Portrait_peint_par_elle-même


Victoire Conen de saint-Luc (portrait peint par elle-même)

Victoire de Conen de Saint-Luc ou Marie-Marquise-Charlotte-Victoire-Émilie Conen de Saint-Luc est née le 27 janvier 1752 à Rennes et décédée sur l'échafaud le 19 juillet 1794 à Paris en même temps que ses parents Gilles Conen de Saint-Luc et Françoise Marie du Bot. Elle était religieuse au couvent des Dames de la retraite à Quimper.

 

Sommaire

 
  • 1Sa vie
  • 2Son œuvre de peintre et de dessinatrice
  • 3Portraits d'elle et établissements portant son nom
  • 4Bibliographie
  • 5Notes et références

 

Sa vie

Victoire Conen de Saint-Luc fait partie de la famille Conen de Saint-Luc dont plusieurs membres ont joué un rôle important dans l'histoire. Son neveu Jean-Marie de Silguy fondera le Musée des beaux-arts de Quimper.

Portrait de Victoire de Saint-Luc et de sa mère François-Marie du Bot
Le couvent des Dames de la Retraite à Quimper, devenu caserne de gendarmerie, au début du XXe siècle
Article détaillé : Conen de Saint-Luc.
L'emblême du Coeur de Jésus (dessin de Victoire Conen de Saint-Luc)

Élevée chez les Visitandines de Rennes, elle entra chez les religieuses des Dames de la Retraite à Quimper où elle fit sa consécration le 2 février 1782. Elle rejeta la Constitution civile du clergé et écrivit à l'abbé Claude Le Coz après son élection à l'évêché constitutionnel d'Ille-et-Vilaine pour tenter de le ramener à l'orthodoxie. Sa maison religieuse ayant été fermée, elle profita de l'hospitalité des Bénédictines du Calvaire à Quimper et dut ensuite retourner chez ses parents. Elle avait quelque talent de peinture et on conserve plusieurs portraits peints par elle, quelques-uns faits dans la prison. Pratiquant la dévotion au Sacré-Cœur, elle en avait peint des images et des insignes comme ceux que portaient beaucoup des insurgés Vendéens. Le 10 octobre 1793, son père Gilles Conen de Saint-Luc, ancien président à mortier du Parlement de Bretagne, sa mère Françoise Marie du Bot et elle-même furent arrêtés et conduits à la prison de Carhaix et, de là, à Quimper, puis, séparément, à Paris où, leur dossier ayant été envoyé au Tribunal révolutionnaire, ils se retrouvèrent à la prison de la Conciergerie 1. Le 1er thermidor an II (19 juillet 1794), son père, sa mère et elle-même comparurent devant le Tribunal révolutionnaire et furent condamnés à mort comme « ennemis du peuple, ayant secondé la révolte des brigands de Vendée et le fanatisme » et exécutés place de la Nation 2. Victoire demanda à être exécutée la première, disant à ses parents : « Vous m'avez appris à vivre; avec la grâce de Dieu, je vais vous apprendre à mourir ». Sa béatification a été envisagée avec celle des autres victimes religieuses de la Révolution 3.

Son œuvre de peintre et de dessinatrice

  • Les Cœurs de Jésus et de Marie, pastel (Couvent de la Retraite à Quimper).
  • Les 14 fresques de la chapelle de Peniti à La Forêt-Fouesnant.

Portraits d'elle et établissements portant son nom

  • Un portrait de Victoire Conen de Saint-Luc, et un autre de son oncle Mgr Toussaint Conen de Saint-Luc se trouvent dans l'église Saint-Jacques de Pouldavid à Douarnenez.
  • En 1905, lors de la construction de l'église paroissiale actuelle de Landudec, le comte Gaston De Saint Luc, en mémoire de sa grand-tante « Victoire », commanda le grand vitrail, du côté de l’autel Sainte-Anne, où, au milieu est représenté le Sacré-Cœur. À côté, Victoire est représentée debout, montrant l’image du Sacré-Cœur, peinte et brodée par elle et à cause de laquelle, elle fut guillotinée. De l’autre côté, on peut voir Mgr Toussaint Conen De Saint Luc, l’oncle de Victoire et dernier évêque de Cornouaille, décédé en 1790 4.
  • En 1923, une école primaire privée de filles "Victoire Conen de saint-Luc", avec internat, est construite à Landudec

Bibliographie

  • Hervé Gourmelon, "Le destin tragique de cinq habitants de la Bretagne en 1794 sous la Terreur : Victoire Conen de Saint-Luc et ses parents, Anne Pichot de Querdisien, Pétronille Bochhen", éditions Christian, 2007.
  • (en anglais) Mother Saint-Patrick, "Victoire de Saint-Luc, a martyr under the terror", Longmans, Green and Co, London, 1920 5,.
  • Alexis Cosnier, "Une Dame de la Retraite de Quimper martyre sous la Terreur (1761-1794)", 1919, Gabriel Beauchesne 6. (hagiographie).

Notes et références

  1.  Mme de Silguy (née Angélique Conen de Saint-Luc), Victoire de Saint-Luc. Dame de la Retraite. Journal de sa détention en 1793, Paris, P. Téqui, 1905.
  2.  http://patrimoine.landudec.free.fr/Fr/Themes/victoire-de-saint-luc.html [archive]
  3.  http://gw5.geneanet.org/index.php3?b=rfralo&lang=fr;pz=gabriel;nz=de+quemper+de+lanescol;ocz=0;p=victoire;n=conen+de+saint+luc [archive]
  4.  http://decouvrir.othpb.com/PREMIERE-ECOLE-EN-1795 [archive]
  5.  consultable http://www.archive.org/stream/victoiredestluc00stpauoft#page/n9/mode/2up [archive]
  6.  consultable http://www.liberius.net/livres/Victoire_Conen_de_Saint-Luc_000000825.pdf [archive]