Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

 

Jean Étienne Benoît Duprat

 

Jean Étienne Benoît Duprat
Image illustrative de l'article Jean Étienne Benoît Duprat

Surnom Duprat aîné
Naissance 21 mars 1752
Avignon (Vaucluse)
Décès 6 juillet 1809 (à 57 ans)
Wagram Drapeau de l'Autriche Autriche
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service -1809
Hommages nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile

Jean Étienne Benoît Duprat, né le 21 mars 1752 à Avignon et tué le 6 juillet 1809 à Wagram, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Sommaire

  • 1 Biographie
  • 2 Autres
    • 2.1 Notes et références
  • 3 Bibliographie

Biographie

En 1791, Jean Étienne Benoît Duprat est impliqué, ainsi que son frère cadet, le Conventionnel girondin Jean Duprat (guillotiné le 30 octobre 1793) dans les atrocités des massacres de la Glacière (16 et 17 octobre 1791), aux côtés du peu recommandable Jourdan Coupe-Tête.

Plus modéré que son frère, il est d'abord colonel de la Garde nationale, avant de devenir adjudant général de l'armée d’Italie le 31 mars 1795.

Le 19 décembre 1791, il prononce un discours sur la Révolution et la position actuelle d'Avignon et du Comtat. Ce discours sera prononcé au Cercle patriotique de Marseille lors d'une la séance publique et extraordinaire convoquée à cet effet1.

Devenu général de brigade, il est tué à la bataille de Wagram le 6 juillet 18092.

Il est l'un des vingt-deux généraux et amiraux vauclusiens de la Révolution et de l'Empire.

Autres

Jean Étienne Benoît Duprat est à l'origine, avec son frère Jean, d'une grande famille avignonnaise, enrichie notamment dans le commerce des soies et la Caisse d'épargne d'Avignon.

Il a trois enfants. Sa fille Agathe-Thérèse-Sophie Duprat, née à Paris et morte à Avignon le 29 novembre 1859 à l'âge de 80 ans, est inhumée au cimetière Saint-Véran de la ville (carré 12, rangée Nord, tombe 11).

Le palais des Papes, transformé en caserne au XIXe siècle, de 1881 à 1900, sera rebaptisé « Caserne Duprat » en son honneur.

Son nom est gravé sur l'Arc de triomphe de l'Étoile, colonne 19, deuxième ligne, pilier est3.

Notes et références

  1. [1] [archive]
  2. http://thierry.pouliquen.free.fr/Generaux01.htm [archive]
  3. http://pagesperso-orange.fr/arnauld.divry/arc_de_triomphe.htm [archive]

Bibliographie

  • René Moulinas, Histoire de la Révolution d'Avignon, Éd. Aubanel, Avignon, 1986.
  • René Moulinas, Les Massacres de la Glacière - Enquête sur un crime impuni, Avignon : 16-17 octobre 1791, Édisud,
  • Marc Maynègre, Le massacre de la Glacière in De la Porte Limbert au Portail Peint, histoire et anecdotes d’un vieux quartier d’Avignon, Sorgues, 1991, pp. 178 à 197, ISBN 2 9505549 0 3
  • Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, T. IV, L. VI, Ch. II & III, Éd. Gallimard-Folio, Paris, 2007, ISBN 2-07-034390-1 T. II, Révolution d’Avignon en 90 et 91 - Meurtre de Lescuyer [archive] et T. III, Vengeance de Lescuyer – Massacre de la Glacière [archive] Document utilisé pour la rédaction de l’article