Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Jean-François Ducos

 

Jean-François Ducos
Fonctions
Député de la Gironde
29 août 1791 – 20 septembre 1792
(1 an et 22 jours)
Gouvernement Assemblée législative
Député à la Convention nationale
7 septembre 1792 – 31 octobre 1793
(1 an 1 mois et 24 jours)
Biographie
Date de naissance 10 mars 1765
Lieu de naissance Bordeaux (Gironde)
Date de décès 31 octobre 1793 (à 28 ans)
Lieu de décès Paris
Nature du décès Guillotiné
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Gauche
Girondins
députés de la Gironde

Jean-François Ducos, né à Bordeaux le 10 mars 1765, exécuté à Paris le 31 octobre 1793, est un député de la Convention. Il vote la mort du roi Louis XVI.

Biographie

Fils d'un négociant de Bordeaux, Jean-François Ducos est envoyé à Nantes pour apprendre le métier, mais s'intéresse davantage à la politique et à la philosophie. Il participe à divers cercles, ce qui lui vaut une réputation de patriote, et lui permet d'être élu comme député de la Gironde à la Législative, puis à la Convention. Il tient des positions assez marquées, tant dans les affaires du roi Louis XVI que pour la question des prêtres réfractaires. Il est en particulier virulent contre La Fayette.

Siégeant parmi les Girondins, il a pourtant tendance à favoriser les opinions des Montagnards. Par protection de Marat, il échappe à une purge le 2 juin 1793, mais est soupçonné à la suite de ses protestations contre des arrestations et disparitions sommaires. Il est mentionné dans le célèbre rapport Amar du 3 octobre 1793 et condamné à mort le 9 brumaire an II, et finalement exécuté le 10 (avec d'autres Girondins, dont son ami et beau-frère Jean-Baptiste Boyer-Fonfrède).

Marié à Jeanne-Agathe Lavaud (1772-1831), il a deux enfants : Jean-Jacques (1791-1816) et Adèle (1792-1804).

Il est par ailleurs l'oncle de Théodore Ducos.

Sources

  • « Jean-François Ducos », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, 1889 [détail de l’édition]
  • « Ducos (Jean-François) », dans Nouveau Larousse illustré, 1907, p. 886