Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Julien Minée

 

Julien Minée
Biographie
Naissance 23 septembre 1738
Nantes
Ordination sacerdotale 1769
Décès 16 février 1808
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 10 avril 1791
évêque constitutionnel de la Loire-Inférieure
14 mars 1791 – 16 novembre 1793

Julien Minée (né à Nantes le 23 septembre 1738 et mort à Paris le 16 février 1808 fut évêque constitutionnel de Loire-Inférieure de 1791 à 1793

Avant la Révolution

Julien Minée, fils d'un apothicaire nantais, fut ordonné prêtre en 1769 et nommé curé de l'église des Trois-Patrons à Saint-Denis près de Paris.

Pendant la Révolution

Lors de la Révolution française, Julien Minée prête le serment civique exigé par la Constitution civile du clergé. Le 14 mars 1791, il fut désigné évêque constitutionnel du diocèse de la Loire-Inférieure par les électeurs du diocèse, en remplacement de l'évêque Charles-Eutrope de La Laurencie, prêtre dit « réfractaire » pour avoir refusé le serment à la Nation exigé par la Constitution civile du clergé. Sacré à Paris le 10 avril par Jean-Baptiste Gobel il prend possession de son diocèse le 15 avril. Julien Minée fut accueilli avec une certaine ferveur par les Nantais. Bien introduit dans le milieu social de Nantes, prodigue d'une éloquence particulièrement fleurie, Julien Minée fit quelque temps illusion. En fait, personnalité assez effacée, il fut incapable de réunir autour de lui une majorité ou tout du moins une forte minorité d'ecclésiastiques décidés « à rendre à l'église sa première pureté ».

Il réside peu à Nantes car les persécutions religieuses commencent dès 1792 et lorsque le 13 octobre 1793 Jean-Baptiste Carrier arrive dans la ville, celui-ci obtient son abjuration le 16 novembre. Il présida l'administration départementale ce qui le rend suspect de complicité avec Carrier et il doit quitter Nantes après le 9 Thermidor. Il échappe à une condamnation grace à l'amnistie de 1794. Il se marie et s'établit d'abord à Saint-Denis puis à Paris où il tient une épicerie rue de l'Arbalète et ou il meurt en 1808 sans s'être réconcilié avec l'église catholique1.

Notes et références

  1. Paul Pisani, Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802), A. Picard et Fils, Paris, 1907, p. 136-139