Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Jean Rondelet

 


Jean-Baptiste Rondelet

Jean-Baptiste_Rondelet

Jean Rondelet, d'après une lithographie de 1822 de L. Boilly.

Biographie
Naissance
4 juin 1743
Lyon
Décès
25 septembre 1829 (à 86 ans)
Paris
Activités
Architecte, écrivain
Parentèle
Guillaume Rondelet
Autres informations
Membre de
Académie des beaux-arts (1815)
Maître
Jacques-François Blondel
Distinction
Chevalier de la Légion d'honneur‎ (1814)
Œuvres réputées
Panthéon

Jean Rondelet (parfois appelé Jean-Baptiste Rondelet, né le 4 juin 1743 à Lyon et mort le 27 septembre 1829 à Paris, est un architecte et théoricien de l'architecture français. Pendant 42 ans, de 1770 à 1812, il s'est consacré au Panthéon de Paris1.

Sommaire

  • 1 Biographie
  • 2 Réalisations
  • 3 Œuvres
    • 3.1 Publications
    • 3.2 Publications anonymes
    • 3.3 Traduction
    • 3.4 Contributions à l'Encyclopédie méthodique
  • 4 Hommages
  • 5 Bibliographie
  • 6 Notes et références
  • 7 Annexes
    • 7.1 Article connexe
    • 7.2 Liens externes

Biographie

Jean Rondelet est un descendant direct de Guillaume Rondelet, médecin et ichtyologiste2. Léonard, son père, est un maçon lyonnais. Sa mère, Barbe Rey, est de Saint-Symphorien-d'Ozon2.

La famille est très nombreuse, mais on veut donner de l'éducation à tous. Rondelet fait ses classes au collège des jésuites de Lyon, où il apprend non seulement le latin et l'italien, mais aussi des matières scientifiques. Il est ensuite employé par son père. Il devient lui-même maître-maçon et exerce avec Toussaint-Noël Loyer, collaborateur lyonnais de Jacques-Germain Soufflot3.

En 1763 il se rend à Paris. Les moyens de la famille ne suffisent pas, et, heureusement de bonne santé, il doit, pendant sept ans, travailler et étudier à la fois4. Plusieurs projets d'architecture bourgeonnent alors dans la capitale : la Halle aux blés (1762-1782) de Nicolas Le Camus de Mézières, l'École de chirurgie (1769-1775) de Jacques Gondoin, l'Hôtel de la Monnaie (1767-1775) de Jacques-Denis Antoine, la Comédie-Française (1768-1782) de Charles De Wailly et Marie-Joseph Peyre et l'église Sainte-Geneviève, aujourd'hui connue comme le Panthéon et confiée à Soufflot3.

Rondelet suit les cours de Jacques-François Blondel à l'Académie d'architecture. Il écrit un mémoire contre les opinions de Pierre Patte sur l'achèvement de l'église Sainte-Geneviève. Il est engagé par Soufflot, qui travaille à ce moment à ce bâtiment, devenu aujourd'hui le Panthéon.

Soufflot meurt en 1780, et les travaux sont arrêtés. Mais un mémoire de Rondelet sur un nouveau cadran géographique a attiré l'attention. Le roi lui offre un séjour à Rome (1783–1784). À son retour les travaux ont été repris ; il assume de nouveau ses fonctions d'inspecteur et, en 1806, devient directeur des travaux.

Louis-Pierre Baltard et Jean Rondelet sont candidats au concours pour la transformation du Panthéon en « temple de la Gloire ».

Il reçoit la Légion d'honneur de Louis XVIII en 1814 et est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1815.

Réalisations

Utilisation de la « pierre armée » dans le Panthéon — Pierre Chabat, Dictionnaire des termes employés dans la construction, 1881, d'après Rondelet

Les problèmes soulevés par la construction du Panthéon5 ont poussé Rondelet à créer des solutions théoriques et pratiques originales :

  • à développer sa propre théorie des coupoles (en réponse aux critiques formulées par Pierre Patte) ;
  • à découvrir des systèmes de renforcement des architraves avec des barres de métal (anticipant ainsi l'usage combiné de plusieurs matériaux qu'on trouve dans le béton armé) ;
  • à réaliser des machines pour mesurer la résistance des matériaux de pierre.

Son Traité vise à établir une science de la construction garantissant la force, la durabilité et l'économie6 de l'architecture ; il traite les composants de l'édifice et l'édifice dans son ensemble d'un point de vue purement structurel, sans aborder la question de la composition architecturale et de l'ornementation. La répartition des éléments de construction et de modules structurels rend le traité de Rondelet complémentaire de l'enseignement de Jean-Nicolas-Louis Durand dans son Précis des leçons d'architecture données à l'École polytechnique.

Le succès du Traité vient de la clarté de la méthode et de la proposition d'outils de conception d'application facile. La théorie proposée pour la construction des murs ne peut pas être considérée comme véritablement scientifique ; elle est plutôt fondée sur l'analyse empirique de nombreux exemples de bâtiments historiques, accompagnée de l'interprétation des phénomènes physiques réels affectant les bâtiments. Cette théorie a le mérite de fournir assez de solutions, mais la science de l'époque n'était pas en mesure de donner les outils qu'il fallait. Le Traité a continué à être appliqué jusqu'au début du XXe siècle pour des raisons d'économie et de rapidité d'exécution.

Œuvres

Publications

Publications anonymes

Rondelet a fait paraître anonymement ses opinions sur la querelle déclenchée par Pierre Patte, Mémoire sur la construction de la coupole, projetée pour couronner la nouvelle église de Sainte Geneviève à Paris [archive], 1770, 38 p.

  • Doutes d'un marguillier sur le problème de M. Patte, concernant la coupole Sainte Geneviève, 1770
  • Lettre d'un graveur en architecture à M. Patte son confrère, à l'occasion de son Mémoire sur l'église de Sainte-Geneviève, 1770
  • Mémoire en réponse à celui de M. Patte, relativement à la construction de la coupole de l'église de Sainte-Geneviève, 1772

Traduction

Contributions à l'Encyclopédie méthodique

  • 129 articles, « du mot aire au mot grue9,10 »

Hommages

  • Antoine Vaudoyer a prononcé son éloge funèbre [archive]
  • Jean-Jacques Elshoecht a sculpté son buste, daté de 184511,12.
  • Depuis 1868, la rue Rondelet, dans le 12e arrondissement de Paris, porte son nom.

Bibliographie

Notes et références

  1. Charvet, p. 342 [archive].
  2. a et b Revue du Lyonnais, p. 177 [archive].
  3. a et b Samsa.
  4. Revue du Lyonnais, p. 179 [archive].
  5. Cette section est tirée de la Wikipédia en italien.
  6. Ce souci d'économie n'a pas échappé aux contemporains ; voir Amédée François Frézier, Dissertation historique et critique sur les ordres d'architecture [archive], Paris, 1769.
  7. Traité [archive], t. 3, 1814, p. 380.
  8. Nègre 2009b, p. 365.
  9. Revue du Lyonnais, p. 187 [archive].
  10. Charvet, p. 343 [archive].
  11. Catalogue sommaire des musées de la ville de Lyon [archive] ; voir le numéro 40.
  12. Charvet, p. 344 [archive].

Annexes

Article connexe

  • Maximilien Brébion

Liens externes