Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Jacques-Nicolas Tardieu


Jacques-Nicolas Tardieu

Gemäldegalerie_Alte_Meister_(Dresden)_Galeriewerk_Heineken_094

La Magdeleine pénitente, gravure de Tardieu d’après Paolo Pagani, v. 1750, Dresde, Galerie des vieux maitres de Dresde.

Naissance
2 septembre 1716
Paris
Décès
9 juillet 1791 (à 74 ans)
Paris
Activité
Graveur
Père
Nicolas-Henri Tardieu
Mère
Marie-Anne Tardieu
Conjoint
Élisabeth-Claire Tardieu
Enfant
Jean-Charles Tardieu

Jacques

Fils de Marie-Anne Tardieu et de Nicolas-Henri Tardieu, élève de son père, il fut reçu à l’Académie le 24 octobre 1749, sur les portraits gravés de Bon Boullogne (d’après Allou) et de -Nicolas Tardieu, né le 2 septembre 1716 à Paris où il est mort le 9 juillet 1791, est un graveur français.

Sommaire

  • 1 Biographie
  • 2 Œuvres
  • 3 Annexes
    • 3.1 Bibliographie
    • 3.2 Liens externes

Biographie

Le Lorrain (d’après Nonnotte), chalcographie du Louvre; graveur du roi et de S. A. S. l’électeur de Cologne. Cet artiste a gravé un grand nombre de portraits parmi lesquels on cite surtout le Portrait de Marie-Antoinette, d’après Nattier.

La Convention nationale lui passe commande de la gravure d'assignats en 1790 et 1791.

Il fut marié à deux graveuses, Louise-Françoise Duvivier, fille de Jean Duvivier, puis Élisabeth-Claire Tournay.

Œuvres

  • Le Paralytique guéri près de la piscine, d’après le tableau peint par Restout, Arras, Musée des beaux-arts, 1743 (inv. D 926 17) ;
  • La Sainte Famille, d’après Christophe ;
  • Constantin qui se fait apporter l’étendard où était travaillé le signe qu’il avait vu dans le ciel ;
  • L’Éloquence, allégorie, d’après de La Joue, 1745 ;
  • Une vignette des armes du roi, avec des anges pour supports, d’après le dessin de M. Boucher ;
  • Portrait du président Jeannin, ministre d’État sous Henri IV ;
  • Portrait du maréchal Dubourg, d’après M. de Leyn;
  • Portrait de M. Belle, peintre du roi, d’après le tableau peint par lui-même ;
  • Portrait de M. Tardieu, le père, graveur du roi, d’après Van Loo l’ainé ;
  • Vignette représentant le portrait du roi, d’après un jeton de M. Duvivier, 1746 ;
  • Portail de l’église de Saint-Sulpice (pour la description de la dédicace de cette église) ;
  • Portrait de feu Mgr le Dauphin duc de Bourgogne, d’après Rigaud ;
  • Portrait de feu M. l’abbé de Rothelin, d’après Coypel ;
  • Portrait de l’archevêque électeur de Cologne, 1748 ;
  • Portrait de M. le duc de Sully, auteur des Mémoires sur l’histoire d’Henri IV ;
  • Portrait de M. de Boccage, d’après le tableau de Marianne Loir ;
  • Docteur alchimiste, d’après D. Teniers ;
  • Deux tableaux représentant différents costumes des peuples orientaux ;
  • Deux tableaux représentant des animaux, d’après les dessins de Cochin fils ;
  • Portrait de feu M. de Boullongne, d’après Allou, 1750 ;
  • Portrait de M. Le Lorrain, d’après Nonotte ;
  • La Colère d’Achille ;
  • Adieu d’Hector et d’Andromaque, sujets tirés de l’Iliade d’Homère), d’après les tableaux de Coypel ;
  • Les Misères de la guerre ;
  • Le Déjeuner flamand (dont le tableau est connu en Flandre sons le nom de La Dévote de Teniers), d’après David Teniers.
  • L’Apparition de Notre-Seigneur d la Sainte Vierge, estampe gravée, d’après le Guide (tirée de la galerie royale de Dresde), 1753 ;
  • Portrait de la reine, d’après le tableau de Nattier, 1755
  • La Magdeleine pénitente, d’après Paolo Pagani, (de la galerie royale de Dresde), 1757
  • Portrait de feu Mme Henriette de France, d’après Nattier, 1759 ;
  • Portrait de M. Lullin, ministre de Genève ;
  • Portrait de Mgr l’archevêque de Bordeaux, d’après Restout, 1765 ;
  • Portrait de M. le prince de Gallitzin, ministre plénipotentiaire en France de la Cour de Russie, d’après Drouais ;
  • Portrait de M. d’Etemare, d’après Belle, 1775 ;
  • Portrait de Mlle de La Font ;
  • Portrait de M. l’abbé Gourdin, 1777.

Annexes

Bibliographie

  • Archives de l’art français, documents, « notice sur N. H. Tardieu », t. IV, p. 56-60.
  • Catalogue des estampes qui se vendent chez Tardieu, graveur du roy, rue Saint-Jacques, près celle des Noyers à Paris, 1746, in-4° de pages ;
  • Émile Bellier de La Chavignerie, Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l’école française depuis l’origine des arts du dessin jusqu’à nos jours, t. 2, Paris, Renouard, 1885, p. 543.
  • Les Archives de l’Art français, documents, t. IV, p. 62-65.

Liens externes