Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Claudine Picardet

 

Claudine Picardet

Claudine_Picardet_(Baronne_Guyton_de_Morveau)

Claudine Picardet
Nom de naissance Claudine Poullet
Naissance 7 août 1735
Dijon
Décès 4 octobre 1820
Paris
Nationalité Drapeau de France Française
Domaines Chimie
Minéralogie
Météorologie
Traduction

Claudine Picardet (née Poullet le 7 août 1735 à Dijon et morte le 4 octobre 1820 à Paris) est une chimiste, minéralogiste, météorologue et traductrice d'ouvrages scientifiques française.

Sommaire

  • 1 Biographie
  • 2 Notoriété
  • 3 Travaux
  • 4 Portrait
  • 5 Références
  • 6 Liens externes

Biographie

Elle est la fille aînée du notaire François Poulet de Champlevey.

En 1755, Claudine Poulet épouse Claude Picardet, magistrat issu de la bourgeoisie naissante1. Il devient membre de l'Académie royale des sciences, des arts, et Belles-lettres de Dijon et directeur du jardin botanique2. Ce mariage permet à Claudine Picardet d'accéder aux cercles de la haute société et au monde savant. Elle fréquente salons scientifiques et sociétés savantes3. L'Académie de Dijon dispense des cours de dessin, chimie, minéralogie, botanique et acquiert une renommée internationale1. Les cours que dispensent Louis-Bernard Guyton de Morveau sont traduits en allemand et en espagnols1. Ce cercle de scientifiques milite pour l'accès des sciences aux femmes. Le couple Picardet a un fils. Il meurt en 1776, à l'âge de 19 ans.

En 1782, Claudine Picardet fait partie d'un cercle de savants issus de l'Académie de Dijon, dont Louis-Bernard Guyton de Morveau, Jacques-Pierre Champy, Jean Lemulier de Bressey, Claude Varenne de Béost, Charles André Hector Grossart de Virly, et Francisco Javier de Angulo. Avec l'aide de Jacques Magnien linguiste et chimiste, ce petit groupe s'intéresse aux travaux des scientifiques étrangers3. En neuf ans, Claudine Picardet traduit huit cents pages du suédois, allemand, anglais et italien.

En 1785, Louis-Bernard Guyton de Morveau charge Claudine Picardet de relever les données trois fois par jour sur le baromètre qu'Antoine Lavoisier a donné à l'académie de Dijon1. Ses résultats sont publiés en partie par son mari et envoyés à Antoine Lavoisier3. En 1787, le couple Lavoisier se rend chez Claudine Picardet pour comparer les résultats1.

Veuve en 1796, Claudine Picardet déménage à Paris. En 1798, elle épouse Louis-Bernard Guyton-Morveau, ami de longue date, député de la Convention et professeur de chimie à l'École Polytechnique de Paris. Elle poursuit ses travaux scientifiques. En 1811, suite à la nomination de Louis-Bernard Guyton-Morveau, Baron de l'Empire par Napoléon, Claudine Picardet devient baronne Guyton-Morveau. Elle meurt à Paris en 1820.

Notoriété

En 1785, Claudine Picardet publie sa première traduction Mémoires de chymie de façon anonyme. Jérôme Lalande dévoile le nom de la traductrice dans Le Journal des Savants4. Par la suite, elle signe ses travaux de son nom1. Elle est régulièrement citée sans les Annales de Chimie et reconnue pour son apport à la science5.

En 1790, le Traité de caractères extérieurs des fossiles, porte l'inscription par le traducteur des mémoires de chymie de Scheele. C'est l'approbation de Louis-Bernard Guyton-Morveau qui indique qu'il s'agit de «Mme P *** "6.

Reconnue par ses contemporains à l'échelle nationale et internationale3, son apport à la science est ensuite minimisée. En 1820, à la mort de Claudine Picardet, alors âgée de 86 ans, Le Journal de Dijon et de la côte d'or publie une nécrologie dans laquelle l'auteur Claude-Nicolas Amanton nie l'apport de Claudine Picardet aux sciences et parle de travaux anecdotiques1.

Ses travaux ont contribué à la diffusion de la chimie et des découvertes notamment sur les sels et le minéraux. Elle a publié deux fois plus que sa consœur Marie-Anne Pierrette Paulze. Seul, le médecin Jacques Gibelin a publié autant de traductions que Claudine Picardet. Grâce à son travail et celui de Louis-Bernard Guyton-Morveau, une simple académie de province acquiert une notoriété internationale3.

Travaux

Traité des caractères extérieurs des fossiles , traduit de l'allemand de M. A. G. Werner,... Par le traducteur des "Mémoires de chymie" de Scheele
Traité des caractères extérieurs des fossiles , traduit de l'allemand de M. A. G. Werner,... Par le traducteur des "Mémoires de chymie" de Scheele

Claudine Picardet publie plus de 1000 pages entre 1774 et 1797. Elle traduit de nombreuses œuvres scientifiques, notamment du suédois (Carl Wilhelm Scheele, Torbern Olof Bergman), de l'allemand (Johann Christian Wiegleb, Johann Friedrich Westrumb (de), Johann Carl Friedrich Meyer (de), Martin Heinrich Klaproth), de l'anglais (Richard Kirwan, William Fordyce), 2 de l'italien de Marsilio Landriani (en)1.

Elle ne se contente pas de traduire. Pour le Traité de caractères extérieurs des fossiles, de Abraham Gottlob Werner (1790)7, elle apporte des corrections et des annotations. Elle contacte et échange avec le minéralogiste espagnol Fausto d'Elhuyar, interroge les savants bilingues1.

La version française de Claudine Picardet est ensuite réédité en Allemagne en 1795, ce qui lui vaut consécration1.

Ses travaux principaux sont Mémoires de chymie, de Carl Wilhelm Scheele (1785)8, le Traité de caractères extérieurs des fossiles, de Abraham Gottlob Werner (1790)7, et Observations de la longitude du nœud de Mars faite en Décembre 1873, par M. Bugge, dans le Journal des savants (1787)9.

Elle traduit également une partie des œuvres du minéralogiste anglais Richard Kirwan, qui ne tarit pas d'éloge sur le travail de Claudine Picardet et son savoir10.

La moitié de ses traductions ont été publiées sur le journal scientifique Observations sur la physique, une partie donnée au Journal des savants, aux Nouvelles de la République et des arts11.

Elle a traduit une partie des mémoires de Torbern Olof Bergman intitulés Opuscules physiques et chimiques.

Portrait

Portrait anonyme. Claudine Picardet pourrait être le personnage tenant un livre à la main
Portrait anonyme. Claudine Picardet pourrait être le personnage tenant un livre à la main

Un tableau anonyme du XIXe siècle représente un cercle de savants identifiés comme suit : Marie-Anne Paulze à gauche, une femme tenant un ouvrage à la main, le chimiste Claude Louis Berthollet, le chimiste Antoine-François Fourcroy, le physicien Antoine Lavoisier assis et le chimiste Louis-Bernard Guyton-Morveau à droite. Pour le personnage non identifié, il pourrait s'agir de Claudine Picardet1.

Références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Patrice Bret, « Madame Picardet, traductrice scientifique ou cosmétique des Lumières ? », Pour la science, vol. 446,‎ 2014 (lire en ligne [archive])
  2. (en) Marelene et Geoffrey Rayner-Canham, Women in chemistry : their changing roles from alchemical times to the mid-twentieth century, Philadelphie, Chemical Heritage Foundation, coll. « History of modern chemical sciences », 2001, 284 p. (ISBN 978-0941901277)
  3. a, b, c, d et e « Picardet, Claudine - Complete Dictionary of Scientific Biography » [archive], sur www.encyclopedia.com, 2008 (consulté le 18 décembre 2016)
  4. Académie des inscriptions et belles-lettres, Le Journal des sçavans, 1785, 900 p. (lire en ligne [archive])
  5. Annales de chimie ; ou Recueil de mémoires concernant la chimie et les arts, vol. 9, Paris, Cuchet, avril 1791 (lire en ligne [archive]), p. 175
  6. Werner Abraham Gottlob, Traité des caractères extérieurs des fossiles, traduit de l'allemand de M. A. G. Werner par le traducteur des "Mémoires de chymie" de Scheele, Dijon, Frantin, 1790, 389 p. (lire en ligne [archive])
  7. a et b Abraham Gottlob Werner, Traité des caractères extérieurs des fossiles,Dijon,L. N. Frantin, 1790 En ligne [archive].
  8. Mémoires de chymie de Karl Wilhelm Scheele, 1785 ; en ligne : première partie [archive] ; seconde partie [archive].
  9. Women in Science: Antiquity Through the Nineteenth Century : A Biographical Dictionary With Annotated Bibliography [archive], MIT Press, 1990, p. 94.
  10. Jean-Pierre Poirier, Histoire des femmes de science en France, Paris, Pygmalion, 2002, 410 p., p. 273-280
  11. (en) « Picardet, Claudine - Complete Dictionary of Scientific Biography » [archive], sur www.encyclopedia.com (consulté le 27 décembre 2016)

Liens externes

  • Notices d'autorité