Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

Marie-Joséphine de Comarieu de Montalembert

 

 

Marie-Joséphine de Comarieu de Montalembert

220px-Isabey_Portrait_de_la_marquise_de_Montalembert_1790

Portrait par Jean-Baptiste Isabey, 1790.
Nom de naissance Marie-Joséphine de Comarieu
Alias
Marquise de Montalembert
Naissance 1760
Bordeaux
Décès 24 juillet 1832
Flag of France.svg Paris (France)
Activité principale
Romancière

Marie-Joséphine de Comarieu, marquise de Montalembert, née à Bordeaux en 17601, morte à Paris le 24 juillet 1832 est une femme de lettres et salonnière française.

Sommaire

  • 1 Biographie
  • 2 Réception du roman Élise Duménil
  • 3 Notes et références
  • 4 Œuvres
  • 5 Sources

Biographie

Première épouse en 1770 du marquis Marc-René de Montalembert, maréchal de camp, savant et hommes lettres. Possédant un réel talent d’actrice de société, son mari avait composé pour elle quelques petites pièces qui eurent du succès grâce à son jeu. C’est peut-être de la marquise de Montalembert qu’il est question dans les Nuits de Paris et dans les mémoires de Rétif de la Bretonne, qui la rencontra chez Le Peletier de Morfontaine en 1785.

Durant la Révolution, elle passe en Angleterre. Abandonnée par son mari, et doit à la générosité d’une de ses sœurs de pouvoir subsister à Londres. Elle y publie, à compte d'auteur, un recueil de 6 sonates pour le clavecin ou le fortepiano en 1794. Son époux obtient le divorce et convole en secondes noces avec la fille de Claude "saigneur" Cadet.

Réception du roman Élise Duménil

Elle compose Élise Duménil, Paris, an 9, 6 vol. in-12. Un style pur, souvent harmonieux et quelquefois élevé, caractérise ce roman, qui offre beaucoup d’intérêt. Les situations touchantes y sont en grand nombre ; l’action est peu compliquée et le dénouement du plus grand effet2.

Ce roman offre quelques détails intéressants sur l’Angleterre, et des observations sur les arts et les monumens, que l’auteur dit avoir tirés de l’essai sur les causes de la perfection de la sculpture antique, par L. de Gillier. Le fond du roman est vrai, à quelques circonstances près, et son exposition n’est pas sans intérêt ni sans mérite3.

Notes et références

Œuvres

Sources

  • Édouard Féret, Statistique générale : topographique, scientifique, administrative, industrielle, commerciale, agricole, historique, archéologique et biographique du département de la Gironde, t. 3, G. Masson et Émille Lechevalier, 1889, 389 p. (lire en ligne [archive]), p. 67.
  • Jean-Gabriel Peltier, Paris pendant l’année… : XIXe siècle, Paris, De l’Imprimerie de T. Baylis, 1801 (lire en ligne [archive])
    Critique de Élise Duménil.