Clic pour voir sa généalogie sur la ligne en dessous

 

 

Émile Acollas

 

Émile Acollas

520px-Les_Hommes_N_213_Emile_Acollas

Émile Acollas caricaturé par Henri Demare pour Les Hommes d'aujourd'hui, n°213, 1883.
Biographie
Naissance 24 juin 1826Voir et modifier les données sur Wikidata
La Châtre
Décès 17 octobre 1891Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
Asnières-sur-Seine
Nom de naissance
Émile Pierre Antoine René Paul AcollasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Troisième République françaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Juriste, homme politique, journalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
Chevalier de la Légion d'honneur‎Voir et modifier les données sur Wikidata

Sommaire

  • 1Biographie
    • 1.1Procès
    • 1.2Positions publiques lors de la Commune de Paris
    • 1.3Élections législatives de 1871 et 1876
    • 1.4Mort
  • 2Idéologie
  • 3Œuvres
  • 4Notes et références
  • 5Bibliographie
  • 6Liens externes

Biographie

Émile Acollas, juriste, organise et réalise le premier Congrès de la paix et de la liberté à Genève en 1867. Il invitera de nombreux acteurs républicains comme Victor Hugo, Ledru-Rollin, Victor Schoelcher et d'autres. Il fonde à cette occasion la Ligue de la Paix et de la Liberté. A Berne, il est titulaire d’une chaire de droit dont il démissionnera en novembre 1871. Emprisonné comme partisan de la création d'une Fédération démocratique de l'Europe unie. À son retour à Paris, en septembre 1871, il se voit refuser par Jules Simon, ministre de l’Instruction publique, une chaire de droit à l’Université de Paris. En 1878, il fonde à Berne la revue mensuelle La Science politique. Il fut inspecteur général des services pénitentiaires, il défendit à cette occasion le développement des travaux forcés en plein air ainsi que l'exploitation de la Colonisation pour les camps de prisonniers.

Il est l'ami de Georges Clemenceau, le professeur de droit de Saionji Kinmochi, un noble japonais envoyé en Europe de 1870 à 1881 pour préparer la future Constitution impériale et, de 1872 à 1874, ainsi que de Nakae Chômin, traducteur de Rousseau et penseur du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple. Chômin fait traduire en 1884 l'ouvrage d'Acollas Philosophie de la science politique et commentaire de la déclaration des droits de l’homme de 1793.

Commentateur des Droits de l'homme, critique du Code Napoléon, partisan de l'égalité des femmes, auteur de nombreux ouvrages de droit, ce jurisconsulte, peu connu aujourd'hui, a ainsi une influence intellectuelle notable.

Une thèse lui est consacrée : Benoît Granjard, Un juriste républicain, Émile Acollas : une « refondation » du droit et de la famille, thèse de doctorat en histoire du droit, sous la direction de M. Ganzin, Université Paul Cézanne-Aix-Marseille 3, 2011.

Procès

En Décembre 1867, Émile Acollas est traduit avec son ami Alfred Naquet, devant le tribunal sous le chef d'accusation de manœuvre à l'intérieur dans le but de troubler la paix publique et d'exciter à la haine et au mépris du gouvernement. Il est accusé d'avoir reçu de l'étranger et fait distribuer des brochures contre le règne de Napoléon III des titres suivant: "La France ne s'appartient plus", "Il y a seize ans, la République a été nuitamment égorgée" et "Le règne de Bonaparte commence par le crime". Les brochures auraient été ensuite distribuées par courrier au sein de Paris par une société secrète (Commune Révolutionnaire des Ouvriers Français) constituée pour la défense de la République. Acollas n'est pas accusé d'en avoir été membre contrairement à ses co-accusés. Il est défendu par Maitre Favre.

Les avocats condamne d'abord le chef d'accusation sous le prétexte que celui-ci, si l'accusé est reconnu coupable, peut entrainer une peine criminelle de déportation (transportation) à Cayenne ou en Algérie décrété par l'Administration en vertu du décret du 8 décembre 1851. Ils demandent que le procès soit porté devant un Tribunal criminel qui est seul à avoir la capacité à condamner à une peine criminelle. Cet affirmation est rejeté par le Tribunal.

L'essentiel des accusations portées contre E. Acollas repose sur le témoignage d'un co-prévenu Clément-Henri Hayot, absent de l'audience car ayant souhaité en être dissociée. L'Avocat Impérial utilise alors la communication personnelle, d'E. Acollas pour appuyer son propos et notamment l'organisation du Congrès de la Paix à Genève. Il qualifie alors ce Congrès d'assemblée ne cherchant qu'à ruiner "toute autorité politique et religieuse". E. Acollas répond néanmoins à l'Avocat Impérial qu'il a toujours exprimé ses opinions hautement. Lors de la plaidoirie de l'avocat de Las, celui-ci met également en avant que l'esprit de loi sur les manœuvres à l'intérieur est certainement mal interprété.

Malgré les preuves considérées comme légères par les avocats des accusés et le fait qu'Acollas n'ai été reconnu coupable que de réception des proclamations, celui-ci est condamné à un an de prison et 500 Francs d'amende. Il s'exilera à Berne à la suite de cette décision.

Positions publiques lors de la Commune de Paris

Le 21 avril 1871, il écrit depuis Berne "La République et la contre-révolution: lettre au "Journal de Genève"" dans les colonnes du Journal "La Suisse Radicale". Cette réponse s'adresse au professeur Dameth qui qualifiait les Communards de "voleurs et [d']assassins", même d'un mouvement contre-révolutionnaire. Émile Acollas rétorque par un argumentaire en trois parties:

  • Il défend d'abord la légitimité de la Constitution de 1793. Pour cela, il rappelle que celle-ci, bien plus égalitaire au regard du cens, était également bien plus républicaine et lui reproche néanmoins sa définition d'indivisible opposée à sa vision des peuples s'appartenant à eux-mêmes et sa non-séparation de l’Église et de l’État. Il conclut cette section en se rapprochant de la pensée de Dameth qui rappelle que le peuple français a rejeté cette constitution en rappelant que peuple et individus peuvent se tromper.
  • S'appuyant sur ce point, il rejette l'idée du professeur Dameth que la Constitution de 1793 est contre-révolutionnaire et définit la contre-révolution comme le fait de l'Ancien Régime sous la forme Constitutionnelle ou Impériale. Il salue à cette occasion les Parisiens qui loin de perdre la France, l'ont sauvé. Il blâme alors la nouvelle Assemblée Législative "de n'avoir su se constituer juge entre ses délégués et ses égaux".
  • Il réclame pour conclure l'usage d'un suffrage universel non-censitaire et secondé nécessairement par une éducation morale des citoyens non "religieuse" mais "naturelle".

En outre, dès avant la Commune il est nommé comme candidat pour être membre d'un gouvernement provisoire apparemment sans s'y être présenté. Ce statut est reproposé en avril, dans le journal La Vérité, lui attribuant un poste de Ministre de la Justice. Il est également nommé par la Commune elle-même à la tête de la faculté de Droit de Paris tandis que son ancien co-accusé Alfred Naquet est nommé à la tête de la faculté de Médecine sans que ni l'un ni l'autre ne soit présent. Cette information fut contesté de manière contemporaine.

Émile Acollas a également sollicité le préfet Edmond Valentin pour lui demander un soutien à un mouvement en faveur de la Commune de Paris. Cette demande reçoit un retour négatif.

Élections législatives de 1871 et 1876

E. Accolas est candidat en 1871 pour les élections législatives dans le département de l'Ain. Il ne recevra pas assez de scrutins pour être élu.

Émile Acollas s'est présenté aux élections du 20 février 1876 dans le 6e arrondissement parisien qui était son lieu de résidence sous l'étiquette Démocrate Radical. Il recueille 1725 voix contre 8031 voix pour Aristide Denfert-Rochereau et 5041 voix pour Colin de Verdière. AU cours de sa campagne, il avait notamment défendu l'intégration des femmes dans la politique ce qui lui a été moqué comme admettant les enfants. Il fut également soutenu par Garibaldi.

Mort

Les raisons de la mort d’Émile Acollas sont incertaines. En effet, si il est avéré à la suite de son autopsie et à l'enquête diligentée à la suite de sa mort, qu'il est mort d'empoisonnement à la cantharidine le caractère volontaire de la mort n'est pas certain. Le médicament aurait été sollicité auprès de son médecin pour traiter les rhumatismes. Néanmoins son usage se fait normalement par prise externe et il n'est pas avéré qu'Emile Acollas l'ai consommée ainsi. L'enquête n'a conclus à aucun manquement de la part du médecin mais considère que l'absence de posologie avec le médicament relève de la négligence du pharmacien et le condamne à une amende de 500 Francs.

La thèse privilégiée par les journaux est celle du suicide tandis que la famille défend l'hypothèse d'une mort accidentelle.

Le récit de la mort d'Acollas nourrit en outre la thèse du suicide par des actions confuses, le mourant admettant notamment s'être empoisonné lui-même. La cause du suicide serait un amour fort pour sa pupille qui devait se marier dans quelques jours. Il aurait alors pris une dose fatale de cantharidine puis demandé à appeler le médecin dissimulant et révélant tour à tour la cause de sa situation. Malgré les soins prodigué celui-ci ne réussira pas à le sauver.

L'affaire attacha au personnage un libertinage non démontré avec "de petites bonnes" et comme prenant de la cantharidine de manière régulière. Cette allégation n'est étonnamment présente que dans les journaux d'opposition.

Idéologie

En appendice (page 40), de "La République et la Contre-Révolution", E. Acollas joint Une circulaire électorale tombée de date -- aux électeurs du département de la Seine. Il y définit un programme politique succinct.

  • En ce qui concerne l'ordre moral:
    • Abolition du Concordat
    • Liberté d'enseignement
    • École primaire gratuite et obligatoire avec cours de Morale naturelle
    • Abrogation des lois sur la liberté de publier
    • Refonte des lois maritales
    • Refontes des lois pénales
    • Abolition de la peine de mort
  • En ce qui concerne l'ordre politique
    • Abrogation des lois civiles ou criminelles portant atteinte à la Liberté des individus et particulièrement au droit de réunion et d'association
    • L'application du principe électif à la Fonction Publique (du fait de son rôle au service des citoyens) pour une mandature d'un an.
    • La suppression des postes non nécessaires de la Fonction Publique
    • La décentralisation de l’État
    • L'abolition des distinctions sociales sous peine de déchéance de nationalité
    • La mise en place d'un système monocaméral
    • Séparation de l'exécutif et du législatif, l'exécutif étant nommé par le législatif
    • Vote finale des lois par le peuple
    • Classement des déclarations de guerre au titre de loi
    • Constitution de jury pour les affaires civiles
  • En ce qui concerne l'ordre économique:
    • Abolition des impôts multiples au profit d'un impôt unique progressif sur le revenu
    • Abolition des monopoles
    • Refonte des lois de propriété pour en faire le seul résultat du travail
    • Refonte du code du travail favorisant les travailleurs
  • En ce qui concerne les affaires étrangères:
    • Dissolution de l'armée de métier
    • Constitution de milices nationales pour la défense du territoire
    • Déclaration de non intervention dans les affaires des autres pays.

E. Acollas rappelle également dans sa réponse la maxime: Les peuples s'appartiennent, les individus s'appartiennent. Thèse qu'il développe au demeurant en défendant pour chacun un droit à l'autonomie et en affirmant son opposition radicale au communisme. En outre, en 1868, l se définit comme n'étant "ni matérialiste ni athée".

Œuvres

  • La République et la contre-révolution: lettre au "Journal de Genève" ,1871
  • Manuel de droit civil, 3 vol., 1869-1873
  • Les droits du peuple : cours de droit politique. Commentaire de la déclaration des droits de l'Homme, 1873
  • Philosophie de la science politique et commentaire de la Déclaration des droits, 1877

Notes et références

  1. ↑ « Le Droit 21 décembre 1867 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  2. ↑ Revenir plus haut en :a et b Procès de manoeuvres à l'intérieur et de société secrète : affaire Acollas, Naquet, Las, Verlière, etc. : 6e Chambre du Tribunal correctionnel de la Seine, audiences des 26, 27 et 29 décembre 1867..., 1868 (lire en ligne [archive])
  3. ↑ « Le Constitutionnel 28 septembre 1872 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  4. ↑ « https://www.retronews.fr/journal/le-peuple-souverain/22-novembre-1871/2827/4440489/2 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  5. ↑ Revenir plus haut en :a et b « La Lanterne 19 octobre 1891 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  6. ↑ « Journal de Seine-et-Marne 5 juin 1891 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  7. ↑ « https://www.retronews.fr/journal/le-salut-de-paris/1-janvier-1871/2855/4396005/1 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  8. ↑ « La Presse 7 février 1871 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  9. ↑ « La Vérité 4 avril 1871 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  10. ↑ « La France 29 mars 1871 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  11. ↑ « Le Progrès de la Côte-d’Or 26 juin 1871 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  12. ↑ « La France 30 avril 1871 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  13. ↑ « L’Univers 23 juin 1871 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  14. ↑ « Le Rappel 22 février 1876 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  15. ↑ « L’Ordre de Paris 10 février 1876 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  16. ↑ « L’Événement 16 avril 1892 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  17. ↑ « Le Petit Républicain de l’Aube 21 octobre 1891 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  18. ↑ « Le Radical 20 octobre 1891 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  19. ↑ « La Liberté 19 octobre 1891 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  20. ↑ « Le Triboulet 25 octobre 1891 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 15 octobre 2020)
  21. ↑ Revenir plus haut en :a et b Émile (1826-1891) Auteur du texte AcollasLa République et la contre-révolution : lettre au "Journal de Genève" / Émile Acollas, 1871 (lire en ligne [archive])
  22. ↑ « Le Figaro 31 décembre 1867 » [archive], sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 16 octobre 2020)
  23. ↑ Émile (1826-1891) Auteur du texte AcollasLes droits du peuple : cours de droit politique. Commentaire de la déclaration des droits de l'homme adoptée par la Convention / par Émile Acollas, 1873 (lire en ligne [archive])
  24. ↑ Émile (1826-1891) Auteur du texte AcollasPhilosophie de la science politique et commentaire de la Déclaration des droits de l'homme de 1793 / par... Émile Acollas,..., 1877 (lire en ligne [archive])

Bibliographie

  • Benoît Granjard, L'idéal républicain sur les traces de l'innovation juridique : l'exemple d'un juriste refondateur du xixe siècle, Émile Acollas, in Droit et Innovation dir. Jacques Mestre et Laure Merland, Presses universitaires d'Aix-Marseille, 2013, p. 655-670
  • Eddy Dufourmont, Rousseau au Japon. Nakae Chômin et le républicanisme français (1874-1890), Presses Universitaires de Bordeaux, 2018.
  • Minutes de son procès, Procès de manœuvres à l'intérieur et de société secrète: affaire Acollas, Naquet, Las
  • Émile Acollas, La République et la contre-révolution: lettre au "Journal de Genève"

Liens externes